Publié par

Comment j’ai adopté une autruche

On me demande souvent pourquoi j’ai choisi l’autruche comme logo pour ma marque de tissu. Voici comment elle est arrivée jusqu’à moi…

Mon histoire d’autruche a démarré avec mon père.

Mon père, c’est un collectionneur de vieux papiers. C’est certainement de lui que je tiens mon attrait pour l’illustration. Il a chez lui une quantité de gravures, de vieilles images comme celles qui accompagnaient les tablettes de chocolat, de dessins publicitaires, de buvards imprimés… J’adore passer du temps avec lui, le nez fourré dans ses collections !

Je viens régulièrement fouiller dans cette mine d’images, à la recherche d’inspirations pour mes créations.
Et un jour, j’ai rencontré cette autruche :

L’autruche originale dans son environnement, une gravure des années 1760

C’est tout simple : elle m’a plu. Son esthétisme. Elle créait un bel impact graphique. Du coup, j’ai eu envie de la choisir comme imprimé pour un tote-bag.

C’était en décembre 2016, à l’époque où les tote-bags commençaient tout juste à se répandre.

J’ai sorti une petite série de sacs, que j’ai sérigraphiés moi-même dans un atelier de Lyon.

Revoilà l’autruche, devenue star d’un jour au coeur de ce petit atelier de sérigraphie lyonnais

La sérigraphie est une technique d’impression qui utilise le principe du pochoir.

À l’encre noire opaque, on reproduit d’abord sur un calque l’image que l’on souhaite imprimer. Ensuite, on fabrique un cadre sur lequel on tend un tissu : c’est « l’écran ». On dispose le calque sur l’écran et on expose le tout à un rayonnement ultraviolet. Seule la partie recouverte par l’encre noire est protégée de cette lumière. Grâce à cette étape, on obtient un écran où l’encre à venir ne pourra passer qu’à travers les mailles qui n’ont pas été exposées : le pochoir est prêt ! On place alors le tissu à imprimer sous le cadre. On étale une pâte de la couleur souhaitée sur le cadre à l’aide d’une raclette, et le dessin ressort imprimé sur le tissu !

En action avec le racle d’impression pour imprimer mes tote-bags

J’avais fait quelques autres motifs sur mes tote-bags. C’est l’autruche qui a eu le plus de succès.

J’ai voulu continuer ma route avec elle.

Quand j’ai lancé ma marque de tissu Catherine Mettetal, elle est tout naturellement venue à mon esprit pour mon logo.

L’autruche devenue fidèle compagnon de la créatrice : ma première carte de visite !

On dit « faire l’autruche », mais c’est bien mal la connaître ! En réalité, l’autruche n’a pas froid aux yeux. Elle protège ses oeufs bec et ongles. Elle est super endurante. Elle a un très bon équilibre. Elle sait affronter le vide. Bref, que des qualités utiles à un entrepreneur !

L’autruche surprend. Elle est singulière. Comme les tissus imprimés que je propose. Et puis son côté un peu fier, pour moi, avait toute sa place dans le monde de la mode et du textile.
Voilà comment j’ai adopté une autruche… Et vous raconter cette histoire m’a décidée à l’inviter de nouveau à figurer sur l’un de mes tissus.
À suivre ! Elle sera bientôt disponible sur la boutique …

https://catherinemettetal.fr/categorie-produit/tissus-ameublement-madeinfrance-oekotex/tissus-createurs-audacieux-madeinfrance/

Alors, prêt à l’accueillir chez vous à votre tour ?

Publié par

Retour de brocante !

Un joli fauteuil club chiné en brocante. Le tissu était vieux et mité, et le bois des accoudoirs était recouvert d’un vernis foncé !
Nous avons poncé les bois puis nous avons recouvert le fauteuil de mon tissu en coton bio, avec l’imprimé “Ethnic” coloris rose, coordonné à un velours rose légèrement plus soutenu, afin d’encadrer le motif et de le mettre en valeur.
Et pour le dossier, nous nous sommes amusées à mettre le même motif au dos du fauteuil … mais à plus grande échelle ! Qu’en pensez-vous ? …

Pour toute envie de changement d’échelle sur un de mes motifs, n’hésitez pas à me contacter !

Nous nous sommes amusées à mettre le même motif au dos du fauteuil … mais à plus grande échelle !
Publié par

Créatif et Made in France, entrez dans l’univers des tissus Catherine Mettetal

Animée depuis toujours par la création et attachée à la production éthique et durable, Catherine Mettetal lance aujourd’hui sa marque de tissu d’ameublement.

Catherine, d’où est partie ton envie de créer ta propre marque de textile ?

Je souhaitais proposer du tissu au mètre, de qualité et original, et qu’on n’a pas l’impression d’avoir déjà vu ailleurs. J’aime explorer les harmonies de couleurs, écouter mon inspiration, et aussi imaginer des motifs en tenant compte de l’usage qui sera fait du tissu. J’apprécie par exemple de confronter deux motifs complémentaires qui mettront avantageusement en valeur un dossier de chaise et son assise, ou changer les échelles de mes dessins pour des rideaux par exemple… Et je voulais que ces tissus imprimés soient haut de gamme. Je suis très attentive au choix du support, c’est dû à mon parcours technique !

Concrètement, qu’est-ce qui rend tes tissus hors norme en plus de leur design ?

Les encres que j’ai sélectionnées sont particulièrement adaptées pour résister à la lumière. Elles gardent tout leur éclat dans le temps, même lorsqu’elles sont directement exposées au soleil. Ce qui me tenait à cœur, c’était aussi de valoriser le savoir-faire local. Je voulais absolument faire des tissus Made in France ! J’ai mis en place un réseau de partenaires qui sont sensibles à l’économie sociale et solidaire et au développement durable. Je suis basée en Auvergne-Rhône-Alpes, dans la Drôme, et je collabore avec des tisseurs qui se trouvent dans la Loire et des imprimeurs dans l’Ain et dans le Rhône. Depuis quelques années, des initiatives voient le jour pour relancer la production de tissus faits en France. Cela réinstaure une précieuse proximité et c’est important pour moi d’y contribuer ! Vendre du tissu français, c’est aussi réduire le nombre de kilomètres parcourus, donc son empreinte carbone.

En quoi tes tissus sont-ils éco-responsables ?

J’ai une préférence pour les matières naturelles et écologiques, alors les tissus que je vends sont essentiellement en coton bio ou en lin cultivé et filé en France. Je ne constitue pas de stock, pour éviter toute production inutile. Je regroupe ainsi les commandes pour lancer des impressions tous les 15 jours. Cela permet de limiter les chutes de tissus sans pour autant rallonger les délais. Les encres sont sans solvants. Et l’impression est numérique, ce qui minimise les rejets dans l’environnement.

Que prévois-tu de raconter dans ce blog ?

Dans les prochains articles, je dévoilerai plus en détail comment et avec qui je travaille. À travers ces publications et avec la complicité d’une rédactrice, je souhaite vraiment amener de la transparence dans ma production, faire découvrir ma démarche, instaurer un dialogue avec mes clients. J’ai beaucoup exercé dans des ateliers ouverts au public. Avec ce blog, j’ai l’intention de continuer !

En attendant, je vous invite à regarder ce mini reportage sur mon métier de Designer Textile et d’éditrice de tissus d’ameublement !

Découvrez, dans ce reportage réalisé par les équipes de TLM Lyon lors des journées européennes des Métiers d’Art, notre collaboration avec Emilie Moussière – Créatrice en peint-main sur soie – dans son atelier, ainsi que mon métier de Designer Textile et d’éditrice de tissus d’ameublement. Bon visionnage !
Publié par

Collection capsule

Animée depuis toujours par le dessin, j’ai toujours été très inspirée par les fleurs, les plantes et la nature en général ! … J’avais très envie de dessiner avec des crayons de couleurs et des feutres ! L’envie de créer une collection capsule d’imprimés au style crayonné est venue d’un premier dessin de mon Oxalis ; j’ai commencé par me choisir une gamme colorée pour le premier dessin de ma plante, puis de dessiner des coordonnés à cet imprimé, en respectant la même gamme.

J’ai ainsi créé une collection capsule appelée “Les crayonnés”